fondue-de-course-57

fondue-de-course-57

Ecotrail de Briey: le parcours du combattant

ECOTRAIL DE BRIEY (15 septembre) : le parcours du combattant

 

 

Dernière sortie longue pour moi, 15 jours avant de me mesurer sur les 45 km du trail des Leuques à Toul. Très peu d’entraînement la semaine précédente du fait d’une bonne crève.

 

 

     La piste du Schneck a attiré pléthore de coureurs en cette matinée lessivée par les pluies de ces derniers jours : une centaine sur le 35 km, environ 400 sur le 18 km. C’est le RV incontournable des mordus du trail, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il fasse soleil … Mais bon, la pluie et la fraîcheur commençaient à nous manquer, à nous Lorrains ! on était donc plus que comblés.

 

   Edition 2013 par conséquent très spéciale compte tenu des précipitations qui ont transformé les sentiers forestiers en marécages sur certaines portions. Et que dire des raidillons assimilés à de véritables toboggans naturels qui tombent à pic ? Même les bâtons que j’ai eu soin d’amener avec moi pour m’entraîner avec en vue des Leuques ont parfois failli à leur rôle d’adjuvants ! Arrivée à mi – chemin d’une côte quasi verticale sur laquelle progressait très très lentement une file de coureurs presque semblable à des chenilles processionnaires, je reste plantée et me demande comment je vais pouvoir continuer à monter. Les plantes et petits arbustes se font rares, difficile de s’y accrocher, peur qu’elles ne se rompent ; alors je me métamorphose en une espèce d’invertébré rampant, n’avançant que sur les genoux et les coudes, étant donné que je dois tenir mes bâtons dans une main. Pas facile ! Ouf sommet en vue, pourtant ce n’était pas très long.

    Heureusement le parcours nous réserve quelques portions qui nous permettent de récupérer. Mais à partir du 24ème km, je me retrouve toute seule ; les jambes se font lourdes (j’ai commis l’erreur de partir sans eau, or le dernier ravito était au 22ème km …), ça devient lourd, mais environ 6 km avant la fin j’aperçois Julie qui m’accompagne sur quelques mètres, tout en m’encourageant. Ca va mieux, on se rapproche de Briey. J’aperçois au loin une silhouette violette et jaune fluo, couleurs de l’AC Rombas. Je pense reconnaître Nicolas, qui pourtant était parti allégrement. Je l’appelle, il se retourne, c’est bien lui : il souffre comme beaucoup d’entre nous, mais nous unissons nos énergies, et nous voilà affrontant les tout derniers km avec un peu plus de vigueur. Le finish est comme l’an dernier éprouvant du fait des escaliers cassants et des côtes à monter et à descendre dans la vieille ville.

    Enfin, on franchit le rond – point, et tout droit l’arrivée, en 4H06, soit 30 minutes de plus que l’an dernier. Je termine 3ème femme au scratch. Xavier s’en sort magnifiquement en 3H20 (17ème), Stéphane en 3H32 (6 minutes de moins que la championne Nathalie !!), et Yves 11ème au scratch du 16 km.

P1020699.JPG

Le chien croit que c'est un vrai ! Un géant de Bourgogne ? Non, un géant du pays briotin !   
 

Bref, la sortie longue a été très longue ; aucune douleur musculaire, mais une grosse fatigue, bien plus qu’après un marathon.

   Une fois de plus, l’écotrail de Briey a été une réussite sur tous les plans ! parcours magnifique et jamais monotone, organisation exemplaire, accueil des plus sympathique, repas d’après course (très bon) compris dans l’inscription, plein de stands en rapport avec le sport ou l’écologie, le bio, superbe tee- shirt avec casquette, balisage impeccable… Un rendez – vous à ne pas manquer !

IMG_7909.jpg

La Cité radieuse

IMG_7986.jpg

Descente sur la Sangsue (encore en voie d'aménagement)

IMG_8007.jpg

 

Source: http://www.ecotrail-paysdebriey.fr/bilan/photos-2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



17/09/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres