fondue-de-course-57

fondue-de-course-57

TRAIL NOCTURNE DE PORCHERESSE (BELGIQUE), 6 février 2016 : dans le pur esprit trail

TRAIL NOCTURNE DE PORCHERESSE (BELGIQUE), 6 février 2016 : dans le pur esprit trail

 

DSC01376.JPG

Première compétition de l'année 2016. L'excitation est à son comble.

Quelques jours auparavant, je consulte le calendrier des trails belges, me connecte sur Mappy pour localiser les courses, et jette mon dévolu sur ce petit trail nocturne de 27 km (en réalité il en fera 25) très tentant à seulement 140 km de la maison.Façon originale de fêter le début des vacances d'hiver d'autant plus que le lendemain à 8h je m'inscris pour la reconnaissance d'un nouveau trail de 33 km dans la région messine (départ 13 heures après celui du trail belge, donc nuit courte).

Pont des Cochettes (ravito)

2.jpg

Le descriptif de la course me semble conforme aux attentes d'un trail qui ne soit pas roulant, bien au contraire … On annonce quelques 800 mètres de dénivelée positive et des passages techniques qui devraient marquer les organismes (ce sera chose faite pour moi!!). Cool ! Je prends la route vers 16H15 et arrive vers 18H au village de Daverdisse (j'avais déjà fait le trail de la Lesse qui partait de la piste de motocross de Daverdisse). Il faut sortir du village et se diriger vers la forêt, « rue de Redu, Daverdisse », fallait – il rentrer dans le GPS. On est forcés de se garer le long de la route, puis d'utiliser ses jambes pour parvenir au départ (environ 400 ou 500 mètres de marche sur un chemin illuminé de bougies géantes qui rendent le lieu merveilleux et mystérieux). On arrive à une cabane de chasseurs : l'endroit est vraiment rustique mais hyper chaleureux avec ces feux de bois qui crépitent au vent et libèrent des étincelles par milliers.

DSC01374.JPG

DSC01363.JPG

Je me change, m'échauffe un peu, pense à enfiler mes gants et mes chaussettes étanches car on traversera plusieurs fois la Lesse à gué. Le départ est différé de quelques minutes pour que les coureurs garés loin puissent gagner la ligne de départ dans les temps.

Petit briefing de course, puis « 5- 4- 3 – 2 – 1- top départ !

 

DSC01372.JPG

 

 

Les premiers mètres donnent d'emblée le ton de la course : c'est sauvage et « casse - gueule » à souhait, « hors des sentiers battus » même par les sangliers, faut croire ! Les pieds déjà dans l'eau au bout de 200 mètres ! Ca descend net le long de la LESSE ; de magnifiques décors charment nos yeux, des odeurs boisées exhalées par les dernières pluies chatouillent délicatement nos sinus et le silence profond de la nuit ne tarde pas à se faire sentir, une fois que les coureurs sont de plus en plus distancés. Mais avant de connaître la solitude du coureur amoureux des grands espaces (et des longues distances), j'aborde vers le 4ème km un raidillon en descente ; on me cède la place (merci pour la courtoisie ...), je ne vois pas le danger (trop sûre de moi, trop téméraire), pose le pied sur une pierre humide, glisse en arrière, et me réceptionne sur les mains provoquant une hyper extension du poignet gauche. Je me relève aussitôt car il y a du monde, me dis (en serrant les dents) que ce n'est rien, poursuis ma course, ressens une douleur de plus en plus vive, un léger gonflement sous mon gant, pas grave, on ne va pas abandonner pour un problème mécanique à la main. Mais quelques km après, je trébuche, tombe de l'avant sur le même poignet et un gros mot commençant par la lettre « p » s'échappe machinalement de ma bouche. Je manque de tomber dans les pommes. En effet, la douleur est atroce pendant quelques secondes. Je me promets désormais de faire très très attention, de bien lever les pieds et de ralentir dans les descentes. Combien de fois l'envie naît de plonger mon poignet dans la Lesse, chaque foulée provoquant une vibration douloureuse dans le bras ! N'empêche, les paysages sont splendides à la lueur de ma frontale ; difficile tout de même de gravir des murs de roche en s'aidant d'une seule main.

DSC01385.JPG

Allez, le Belge, les choses sérieuses commencent  !

DSC01392.JPG

Quelques surprises agrémentent le parcours comme la traversée d'un mur végétal très dense (sapinière) obligeant à fermer les yeux pour esquiver les petites branches sèches ou, mais ça c'est moins drôle, le franchissement de barbelés à peine signalés, ou encore des passages sous des branches très basses nous obligeant presque à ramper. C'est vrai que les Belges sont moins précautionneux que les Français. Pas de médecin, pas de secours sur la course, pas de signaleurs ! Et pas de certificat médical à présenter.

Les derniers km sont communs au petit parcours qui fait 12 km, mais ce sont de longues routes forestières en faux plat montant...plus dur que le reste, à vrai dire ! Je finis par marcher un peu, puis redescente légère et plat sur le lieu de départ où je signale immédiatement ma blessure.

DSC01404.JPG

Mais entre temps je me change puis on m'indique un kiné qui se trouvait là par hasard et me recommande vivement de montrer mon poignet le lendemain car il craint la fracture vu la déformation du membre. Je prends tout de même le temps de savourer mon « Orval » mais ne me laisse pas tenter par les frites. J'aurai couru 3H17 me classant au milieu.

DSC01405.JPG

DSC01406.JPG

Il faut rentrer ; il se fait tard : heureusement c'est le poignet gauche qui est atteint.

Je retiens un trail vraiment sauvage, très ludique, varié, accidenté, et une organisation et balisage au top. Ravie d'avoir testé ce trail nocturne belge.

La radio le lendemain (6 heures aux urgences!) ne révèle qu'une entorse (mais une belle entorse !) alors que la Clinique, sans radio, supposait plutôt une fracture. Pas grave, « veni, vidi, vici ». Vive le trail ! Vive la bière ! Vive la Belgique pour son sens de la fête !

 

8 jours après, scanner vu la persistance de la douleur (en plus l'infirmière de Bel Air m'enfile au poignet gauche une attelle pour poignet droit ! laquelle j'ai gardé 5 jours!) : il s'agit bien d'une fracture de l'extrémité inférieure du radius. Ca ne m'empêche pas de courir ; tant que y a de la course, y a de la vie ...

D'AUTRES PHOTOS SONT EN ATTENTE ...



19/02/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres