fondue-de-course-57

fondue-de-course-57

Nordic Trail de la Bresse (40 km, 2200 m de D+, 14 juillet 19) : l’appel irrépressible de la montagne, un puissant dopant aux effets euphorisants

Nordic Trail de la Bresse (40 km, 2200 m de D+, 14 juillet 2019) : l’appel irrépressible de la montagne, un puissant dopant aux effets euphorisants

 

Bresse roche 3.jpg

 

 

 

9 juin : trail des Allobroges en Haute Savoie : course extraordinaire et inoubliable, malgré l’arrière – goût amer d’inachevé. On remet l’aventure à 2020.

 

64366743_450134295806199_5887126047882739712_n.jpg

 

23 juin : reprise légère de l’entraînement course après 2 semaines et demie d’arrêt total de la course

 

65274696_372902696696147_8138915330308177920_n.jpg

 

30 juin : course de Gandrange : tout bon, avec quelques pointes à 12 km/h

 

65813611_344446882917245_1542429009189535744_n.jpg

 

7 juillet : la Foll’dingue à Rombas en mode serre – file. Tranquillou … pas tant qu’ça, notamment quand il faut rattraper le dernier coureur entre une session débalisage et une session « j’appelle les secours ».

 

66615756_2631914400186287_7996977643406753792_n.jpg

 

 

Le lendemain, je consulte le calendrier des trails belges et celui des trails français, déterminée à en faire un en guise de reprise officielle. Mon cœur balance une micro seconde entre le trail d’Orbey en Alsace (mais déjà fait) et celui de la Bresse. Je compare :

-      Orbey : 50 km et 2200 de D

-      Bresse : 40 km et 2200 de D

 

2H20 de route pour se rendre à la Bresse ; pas besoin de chercher un logement. Je décolle à 5H du matin, il fait 18 degrés. La forme n’est pas au rendez – vous si bien que je glisse quelques antalgiques dans la poche, et c’est parti.

 

66501011_10211716814956387_4769651595564548096_n.jpg

 

J’arrive à la Bresse à 7H10, chaleureusement accueillie, malgré les 11 degrés affichés, par un soleil radieux, annonciateur d’une journée qui le sera tout autant. Mais n’oublions pas que nous sommes à la montagne ! Il est prévu que la pluie s’invite dans l’après – midi. J’ai du mal à y croire, même si par habitude je glisse dans le sac à dos une veste imperméable extra – légère au cas où …

 

bresse départ.jpg

 

Le départ est donné à 8H sous un ciel bleu intense. Notre coureur poète Olivier est sur le point de franchir la ligne d’arrivée après avoir parcouru sur la route 202 km à travers la belle vallée de Munster et vaincu les 4700 mètres de dénivelé positif. Il ignore que je suis inscrite sur un trail à 30 km de la Bresse !

Après un passage dans les rues de la Bresse où je me suis nullement pressée, je me frotte à la première difficulté : l’ascension de la roche Beuty qui nous vaut une vue panoramique et majestueuse sur la Bresse et les deux vallées.

 

66717605_10211720250362270_8832359369573138432_n.jpg

 

 

 

bresse roche 2.jpg

 

 

Seul bémol à constater de plus en plus sur de nombreux trails, y compris des trails courts : l’utilisation – à mon sens injustifiée - des bâtons dès les premiers mètres, obligeant le coureur à redoubler de vigilance dans les montées (j’en ai déjà fait les frais à plusieurs reprises), voire à prendre des risques en descentes quand le coureur qu’on veut dépasser fait usage de ses bâtons …

 

 66596871_2396905703731428_1235727980152487936_n.jpg

 

 

66647791_10211720250642277_400118547704971264_n.jpg


 

Toujours est – il qu’au fur et à mesure qu’on avance, les écarts se creusent entre coureurs, proportionnellement à cette aire de liberté qui s’ouvre devant nos yeux et nos jambes avides de nouvelles découvertes et de surprises en tout genre. Un charmant sentier bordé de petits massifs de digitales me conduira au premier ravitaillement, après avoir jeté un coup d’œil sur ma messagerie de portable, acte rarissime chez moi qui me délivre au maximum de la technologie (montre, GPS, téléphone) sur un trail, mon esprit tout entier absorbé dans et par la Nature et l’effort physique. Seul l’appareil photo est admis.

 

66690011_455735161887006_2803626927091351552_n.jpg

 

 

J’apprends alors qu’Olivier est vainqueur de l’Ultra boucle des Ballons en 25H45. Je me dis que mes petits inconforts ne sont qu’une bagatelle au regard de l’exploit phénoménal réalisé par Olivier. Je repars alors la joie au cœur et le peps aux pieds. Le parcours est magnifique, technique, majoritairement pierreux, un tracé privilégiant l’alternance entre sentiers plus ou moins larges, singles tracks, traversées de prés, course en bordure de lac (lac de Lispach, si mes souvenirs sont bons), petite via ferrata … Les 2200 mètres de dénivelé positif se font parfois rudement sentir !

 

67498231_395529294440993_4060717808286171136_n.jpg

 

66618319_492674321477294_1653824328950611968_n.jpg

 

 

66833722_10211720250842282_3246260973807337472_n.jpg

 

 

66650904_430116387586141_2628100736214368256_n.jpg

 

66049851_733353857119497_8738520205375832064_n.jpg

 

 

 

Trois ravitaillements encadrés par des bénévoles aussi souriants que disponibles se distinguent également par une offre abondante et variée, contribuant à rendre ce trail montagne vraiment avenant.

 

66828706_2413589492210220_2417508838899974144_n.jpg

Ravito 3

 

66754201_2300444826939454_131540047819177984_n.jpg

 

 

Je constate par ailleurs que mon jambier antérieur (et non mon jambon, même si mes cuisses de montagnarde en donnent l’illusion !) ne manifeste aucun signe de douleur, juste exceptionnellement une espèce de sensation de gêne très éphémère en descente.

 

66754434_10211720251922309_6610706854756483072_n.jpg

 

 

Nous arrivons au niveau du splendide lac des Corbeaux, prenons toujours plus de hauteur sur les rochers : la vue est sensationnelle. Parvenue au sommet, le dernier à vrai dire (et déjà !), quelques gouttes se mettent à tomber, puis les gouttelettes rafraîchissantes s’alourdissent et finissent par tomber en rideau dru, transformant sans tarder les sentiers en rus. Je sors immédiatement mon coupe – vent à capuche bleu pour me métamorphoser jusqu’à l’arrivée en « gentille extra – terrestre » ou en Schtrumpfette brune. La pluie, je déteste ça ! alors, j’enclenche la vitesse supérieure pour rallier au plus vite l’arche d’arrivée, tombant nez à nez avec la caméra d’amis qui guettaient mon arrivée à 700 mètres de l’arche, et que je n’avais pas reconnus sur le coup.

 

66520533_434603244056428_7531173807201976320_n.jpg

 

66524059_10211720251642302_3057596486561824768_n.jpg

 

67193356_2324213431171581_4550002681669746688_n.jpg

 

 

 

Je reprends quelques forces … liquides à vrai dire car je n’arrive jamais à manger juste après une course, puis, une fois au sec, direction Munster pour féliciter en personne le champion qui peine encore, à l’heure où j’écris, à réaliser sa victoire.

Le Nordic Trail de la Bresse est, je trouve, un charmant trail de petite montagne que je recommande vivement aux amateurs de sentiers techniques et sauvages, en préparation d’un trail où le dénivelé a son importance, ou en récupération d’un long trail, ou simplement pour le fun, le goût de la nouveauté, le plaisir de la découverte.

Bref, le Nordic Trail de la Bresse a été pour moi une belle surprise, une parenthèse enchantée dans mon week  -end et un test concluant par rapport à ma blessure qui n’est déjà plus qu’un lointain souvenir.

Merci à toute l’organisation du NTLB !

 

Vue Bresse.jpg



23/07/2019
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres