fondue-de-course-57

fondue-de-course-57

MENHIRS ET SAIZERAIS (14 et 15 août)

MENHIRS ET SAIZERAIS : 2 courses impromptues en 15 heures

 

Le mois d’août se devait d’être « light » sportivement parlant. En tout cas, c’est ce que j’avais proclamé début août, privilégiant de fait des sorties plaisir, comme la reconnaissance de l’Hemera trail (30 km) qui aura lieu à Terville le 1er septembre ou la Boussoise le 25 août que je ferai avec Florence. Seulement, entre ce qu’on prévoit sagement de faire et ce qu’on fait réellement, il y a parfois un lourd décalage. C’est comme la tablette de chocolat qu’on renonce à acheter pour ne plus tomber dans le piège de la gourmandise…

     Bref, après un certain temps de réflexion, je consens sur proposition de 2ni (un autre passionné) de faire la course des Menhirs, course allemande de 10 km sur piste cyclable et routes : beau parcours, vallonné à vrai dire, mais très agréable en début de soirée. Xavier et Guy acceptent à leur tour d’y participer. Et puis, paraît – il, la bière est à volonté … (sans alcool, bien entendu).

   Mais, mais, mais : dans l’après – midi du 14 août (jour de la course), Yves, notre coureur meusien, m’appelle pour me dire qu’il vient de découvrir sur Internet un trail dont c’est la 1ère édition, à Saizerais : 12,5 ou 21 km. « Mais c’est où ?? ». « Entre Pompey et Liverdun ». Bah, ça m’avance pas. Je lui demande un petit temps de réflexion, lui faisant remarquer que la veille j’ai un 10 km. Je cherche sur Internet (impossible de me souvenir du nom de la commune) : en vain, car en tapant « trail 15 août 2013 21 km Meuse », je ne trouve rien. Ben non, ce n’est pas en Meuse. Alors, je me souviens d’un  détail : « briefing à 8H45 », et eurêka j’obtiens enfin les bonnes informations. Ca a l’air sympa, ce trail, me dis – je. J’ai une idée de génie : pourquoi ne pas en Allemagne coacher Guy, autrement dit courir au rythme d’un gaillard de plus de 100 kg ex – rugbyman ? Ainsi, je ne puiserai pas dans mes réserves. Je m’empresse de rappeler Yves (il m’a fallu 2 minutes pour réfléchir) pour lui annoncer que je veux bien courir le 21 km le lendemain, 15 août.

     Il est 17H45 : Xavier arrive, puis 2ni qui nous amène tous à Launstrof. Je suis un peu étonnée de la part de 2ni qu’on parte assez tard pour une course qui a lieu à 18H. On arrive en Allemagne pour s’inscrire : beaucoup de monde, il faut patienter, mais je regarde plusieurs fois la montre et commence à angoisser. Une fois inscrits, on revient à la voiture, et je fais remarquer à 2ni qu’il est déjà 17H57 (je ne reconnaissais vraiment pas 2ni …bon, d’accord il a fait une pause course, mais quand même !). « Le départ est à 18H30 », me répond – il. Ouf !!!  En réalité, il aura lieu à 19H !! C’était la peine de s’échauffer !

 

course de menhirs 003.JPG
 

derrière les menhirs se profile le dernier et très long km ...   

 

course de menhirs 004.JPG
 course de menhirs 005.JPG

 (merci à Xavier pour les photos)

 

Je parviens à amener Guy sous la barre des 1H (59’ 22 ‘’), non sans quelque difficulté à la fin, puisque le dernier km est en montée. Mais tout le monde est satisfait de sa course. C’était à découvrir.

   Mais le trail de Saizerais était aussi à découvrir !

Le lever est un peu difficile … A 7h, je m’embarque sur l’A31 et arrive à destination 1H plus tard. 75 km au compteur. Pas grand monde encore sur le parking. La température extérieure est basse ; je garde un moment la polaire. Le ciel est uniformément bleu, et le soleil commence tout doucement à réchauffer l’atmosphère.

P1020642.JPG

 

Yves est déjà inscrit. A mon tour : accueil sympathique et organisation sobre mais efficace. Peu de renseignements à fournir, pas de dossard, seulement un numéro inscrit au feutre sur le bras (procédé inédit !!). Deux numéros en cas de problème nous sont fournis. Un café offert, pas de ligne de départ tracée au sol, pas de toilettes (« c’est dans la nature »). On ne connaît personne. Je suis complètement anonyme, mais on se sent à l’aise.

    8H45 : briefing. On ne peut pas s’égarer, nous assure - t – on. C’est rassurant, car l’expérience belge a laissé quelques traces !

   Départ à 8H56 précisément, et ça y est on s’élance. On est une soixantaine de coureurs, ce qui n’est pas négligeable pour une première édition et une épreuve pour laquelle le mode de communication s’est essentiellement fait de bouche à oreille.

Trail 15 août.JPG

 

Les tout premiers km se font sur chemins, en plaine, puis rapidement on pénètre dans les bois.

Trail 15 août 2.JPG

 

Trail 15 août 3.JPG

 

Le balisage est effectivement irréprochable. J’apprendrai plus tard que certains se sont trompés … On attaque la première côte difficile. Heureusement le parcours est  assez roulant, et nous ménage des temps de récupération sur plat ou en descente légère. Au 8ème km a lieu la séparation entre le 12 et le 21. Je me sens soudainement seule, très seule, et ce sur une dizaine de km. Je n’ai pas l’habitude de courir seule, et qui plus est dans des bois et sur des sentiers labourés par les sangliers. Il semble y en avoir beaucoup !! Heureusement les paysages sont variés, donc pas de lassitude comme sur certaines épreuves sur route. Mais personne sur qui emboîter le pas. Seule seule seule !!! Je me régale, malgré tout, car c’est vraiment très beau. Je me fais enfin dépasser par deux coureurs que j’aurai en ligne de mire pendant un bon moment, pratiquement jusqu’à la fin. On sort de la forêt, la fin approche (j’aurais presque fait 10 km supplémentaires – faut dire que je n’ai pas beaucoup forcé), on traverse le village, tout ça en descente, quelques escaliers à franchir, et je m’arrête net, au bout de 2H07 de course et de sensations agréables.

 

Trail 15 août 4.JPG

   

Trail 15 août 5.JPG

 

Trail 15 août 6.JPG

(merci au photographe - https://picasaweb.google.com/112504077373287050625/TrailDeSaizerais15Aout2013?authuser=0&feat=directlink)

 

Yves est arrivé 3ème au scratch : grande satisfaction pour lui. Je me réhydrate, puis nous repartons, contents d’avoir réalisé ce trail et d’avoir fait connaissance avec la « team raid hot ».  (http://teamraidhot.sportblog.fr/). Je ne regrette pas, et une fois de plus l’imprévu a illuminé ma journée. Il est des opportunités qu’il faut saisir ! Et quand courir a un sens pour soi, il ne faut pas hésiter.



16/08/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres