fondue-de-course-57

fondue-de-course-57

GRAND TRAIL DU CIRCUIT DE LA SURE, dimanche 4 juin 2017: IL FALLAIT AS – SURE – R !

GRAND TRAIL DU CIRCUIT DE LA SURE, dimanche 4 juin 2017: IL FALLAIT AS – SURE – R !

 

06rwu3.jpg

 

Dimanche 30 avril 6H du mat’, Saint – Dié – des – Vosges, 6H du matin, je m’aligne sur le TDR (Trail Des Roches), même distance (55 km), mais « seulement » 2700 m de D+.

Quelques jours auparavant, je repère dans le calendrier un trail montagne à seulement 1H de route de chez ma tante, en date du 4 juin, avec un dénivelé assez impressionnant (3500). Je me dis aussitôt à peu près en ces termes : « Si le TDR passe, il faudra que j’assure à la Sure. ». Je garde cette épreuve secrètement dans un petit recoin de ma tête, vais jusqu’au bout du TDR sans anicroches (ou presque …). Bah, le 4 juin, c'est quelques jours seulement avant la fin des cours, quelques jours après le spectacle, donc rien de tel pour lâcher la pression, se vider la tête et la remplir le temps d'un trail de belles images (si possible ensoleillées …) que j'espère inoubliables.

 

Tdt_profil_5704.jpeg

Vendredi matin, j’arrive chez ma tante de Lyon, le temps est magnifique, chaud, un petit air de vacances se fait déjà ressentir. Cette semaine – là je me suis astreinte à un régime faisant la part belle aux féculents ; pas facile d'ingérer tout ça, mais mieux vaut prévenir ...Chez Marie et Elie, c'est différent : mon esprit est au repos, et mes tantes aux petits soins : doucement sur les dernières copies à corriger, et sans modération sur le repos et le farniente au soleil dans le relax.

 

20170602_124417.jpg

 

DSC03191.JPG

 

Le lendemain je profite encore des charmes colorés et enivrants du jardin, malgré la lourdeur qui s'abat sur la région lyonnaise comme une chape, et à 14H30 je m'embarque direction Voiron en Isère, Parc de la Brunerie. Le ciel s'obscurcit, les gouttes de pluie grossissent et s’écrasent de plus en plus fort contre le pare – brise, l’orage se fait menaçant et imminent. J'arrive peu avant 16H sur le site de la course, me gare, attends que le déluge passe, je sors enfin pour me diriger vers l'accueil et pouvoir m'installer dans ma chambre universitaire.

 

DSC03145.JPG

 

Je loge en effet dans un bâtiment flambant neuf sur le site de l'ancien Creps, rebaptisé TSF. Mais quelle galère pour avoir du réseau ! L'orage n'arrange rien. Retrait du dossard et du lot garni de produits régionaux : Saint – Félicien, bière locale, biscuits faits maison. Que des produits du terroir. L'accueil est des plus sympathiques.

Petite visite du centre de Voiron, entre deux orages transformant les rues en torrents … J'attends dans un café au style vintage la décrue …

 

DSC03146.JPG

 

C'est bon, je décolle, direction la cantine. Puis je remonte dans ma chambre préparer mes affaires pour le lendemain, mais crains que la nuit ne soit comme à Saint – Dié écourtée en raison des animations sur le site, mais à 23H je n'entends plus rien … jusqu'à 4H, réveillée par un joyeux concert de piafs.

 

DSC03148.JPG

 

DSC03149.JPG

 

DSC03151.JPG

 

Il aura plu presque toute la nuit. Comment vont être les chemins ? Au moins on ne souffrira pas de la chaleur. La température est clémente. Nous sommes 95 coureurs au départ, dont 10 féminines. 6H01 : top départ !

 

DSC03150.JPG

 

3 grands actes scanderont ce trail de 55 km au parcours « traître ». 1ère partie roulante, 2ème partie (moyenne montagne) technique (mais de loin la plus intéressante), 3ème partie beaucoup plus plate avec deux difficultés à la fin. Par conséquent, il convient d’être prudent sur les 15 premiers km qui sont « faciles », de ne pas s’emballer et de gérer l’effort dès le 1er km, recommandations que je fais miennes et que je vais suivre à la lettre.

 

DSC_0110.JPG

 

DSC_0134.JPG

 

DSC_0136.JPG

 

DSC03152.JPG

 

Nous quittons ainsi Voiron pour partir à la conquête de la Sure. Les premiers km passent en effet comme une lettre à la poste et dévoilent déjà de très beaux paysages et une nature très verdoyante et luxuriante .

 

DSC_0109.JPG

 

1er ravito déjà en vue (Crossey, km 9), je m’arrête à peine, puis direction Saint – Joseph de Rivière. Fin du 1er acte. Le rideau tombe (14ème km), c’est l’entracte : vérification des sacs avant d’aborder le secteur montagne. Je fais le plein en eau, avale ce que je peux (toujours cette difficulté à absorber du solide).

 

DSC03153.JPG

 

DSC03155.JPG

 

DSC03156.JPG

 

Nous parcourons quelques mètres ; le rideau se lève alors sur un décor merveilleux : la cascade de la Pisserote : rien à voir avec les photos ! C’est immense, majestueux, fascinant, et à peine bruyant.

 

DSC03159.JPG

 

DSC03161.JPG

 

Mais d’abord il faut traverser la rivière, je range vite mon appareil photos, on s’aide d’une corde pour ne pas glisser sur les rochers, un bénévole me tend la main pour m’aider à sauter sur l’autre rive. A vrai dire, je n’ai d’yeux que pour la cascade, impossible de la décrocher de mon regard qui s’envole, c’est plus fort que moi, mais le sol glissant et accidenté me force à retomber sur terre … Or, cette cascade il faut la remonter à travers les cailloux, puis à travers des singles qui ne cessent de monter pentu, c’est dur mais tellement beau et sauvage. On attaque le secteur montagne, quelques gouttes se mettent à tomber, il fait frisquet, la vue se bouche, on attend encore, puis ça devient grêleux.

 

06m4u9.jpg

 

06srwb.jpg

 

DSC03162.JPG

 

DSC03163.JPG

 

DSC03165.JPG

 

DSC03165.JPG

 

Je m’arrête pour revêtir mon coupe -vent, imitée par d'autres coureurs. Les balises bleues deviennent à la limite du perceptible, mais il n’y a pas 36 chemins, il faut toujours monter. N’empêche, même si à droite, à gauche, devant nous, derrière nous, nous ne distinguons pas grand’chose, nous devinons le relief imposant de la Chartreuse dont nos pieds foulent les sentiers particulièrement escarpés, rugueux et chassants. J’effectue une bonne partie de l’ascension à 4 pattes, les bras se substituant aux bâtons que j'ai fait le choix de ne pas prendre (de toute façon, ils sont de nouveau cassés!). Voilà que je me hisse dans la cheminée de Lorzier, autre grand temps fort.

 

064iuz.jpg

 

065vbn.jpg

 

Parvenue au sommet, je suis accueillie par un bénévole planté là au milieu de nulle part. A présent, les alpages ! J'ai la tête dans les nuages, j’ai froid, alors je m’efforce de ne surtout pas ralentir. Descente en vue, les cloches tintent, mais attention descente assez raide et difficile en raison des pluies.

 

DSC03166.JPG

 

3ème ravito : pause bénéfique, je m’arrête un peu plus longtemps avant d’affronter le point culminant : le col de la Sure (1920 m).

 

06uw28.jpg

 

06zq5v.jpg

 

DSC03167.JPG

 

DSC03170.JPG

 

Je repars donc au pied du refuge de la Huretières : si monter semblait encore facile, la descente à partir du sommet sur les pierriers glissants s’avérera particulièrement périlleuse, tenant du numéro d’équilibriste. La priorité est donnée aux appuis qui doivent être sûrs. Surtout pas de faux pas, pas de précipitation, tout doit être calculé. Première partie de la descente difficile terminée, ça continue de descendre non – stop jusqu’au 4ème ravitaillement, celui de Saint – Joseph de Rivière. Je viens de faire presque 10 km de descente, toujours accompagnée de Thomas qui fait son 1er 50 km (et multiplie les chutes!), et plus de 1000 m de D-. C’est exténuant, mes jambes sont coupées. Je me repose quelques minutes.

 

DSC03171.JPG

 

DSC_0289.JPG

 

DSC_0490.JPG

 

DSC_0493.JPG

 

DSC03173.JPG

 

DSC03172.JPG

 

DSC_0495.JPG

 

DSC_0497.JPG

 

On repart mais 2 km plus loin, je commence à faiblir, je préfère un peu marcher. Je me réalimente. Je laisse échapper ces mots « c’est dur », puis me ravise (« non, ce n’est pas dur »).

Dernier ravitaillement à Saint – Etienne de Crossey. Des bénévoles toujours aussi souriants et chaleureux. Le fromage ne passe pas, je me rabats alors sur la banane.

 

DSC03174.JPG

 

DSC03175.JPG

 

Deux montées nous attendent. La première assez longue passera presque inaperçue, quant à la dernière (La Vouise), ce fut un calvaire, une ultime torture pour mes jambes, une authentique perfidie car quand on croit qu’on est parvenu au sommet, ben ça remonte de plus belle. Enfin, il reste 2 ou 3 km de descente, beaucoup de route ce que ne supportera pas trop mon genou droit, mais bon c’est la fin. Parc de la Brunerie soudainement en vue, j’accélère la cadence, encourage Thomas, mais je rêve, c’est pas tout droit ? Non, surprise finale, on a droit à une visite du parc avant de franchir la ligne d’arrivée.

 

06tp69.jpg

 

10H14 d’efforts, oui c’était dur, mais au final que du plaisir à l’état pur. Un seul regret, que le soleil n’ait pas fait ne serait – ce qu’une furtive apparition pour illuminer de ses rayons les décors somptueux de la Chartreuse. Le cadeau de finisher est une boîte contenant des noix de Grenoble, excellent pour la récup’ !

La première féminine aura mis un peu plus de 8H, quel exploit ! Mais les locaux ont cette chance inouïe de pouvoir s'entraîner sur ce superbe terrain que sont les sentiers de la Chartreuse et les balcons de la Sure.

 

06lhcq.jpg

 

20170606_143002.jpg

 

Grande joie pour moi que de monter sur le podium, récompensée de mon titre de 2ème V1 hors scratch (en réalité 3ème), et 5ème féminine. Un splendide bouquet de roses, une mignonnette de Chartreuses et d'autres cadeaux. Un grand merci aux organisateurs et aux bénévoles attentifs à nous prodiguer le plus de bonheur possible, c'était mission réussie !

Bref j'emporte avec moi de magnifiques souvenirs, de splendides images (certes nébuleuses). Je retourne chez mes tantes le soir même, et le lendemain soir retour dans le 57, non sans quelques courbatures … Merci à toutes les deux de m'avoir accueillie avec autant de chaleur, de m'avoir incitée au repos et concocté de bons petits plats. Merci à tous ceux qui m'ont fait confiance et qui m'ont soutenue, car ce n'était pas gagné vu le déficit d'entraînements ces derniers temps, mais la montagne a ce pouvoir d’attraction magique qui nous fait entrer en connexion avec elle grâce à un sésame précieusement gardé en chacun de nos cœurs de traileurs ...

 

 

 



20/06/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres