fondue-de-course-57

fondue-de-course-57

TRAIL DE LA VALLEE DES LACS (18 juin 2016, 87 km, 4700m de D+) : MIEUX QU'UNE « MUD DAY », UNE DOUBLE « MUD DAY » DANS UN DECOR SOMPTUEUX

TRAIL DE LA VALLEE DES LACS (18 juin 2016, 87 km, 4700m de D+) : MIEUX QU'UNE « MUD DAY », UNE DOUBLE « MUD DAY » DANS UN DECOR SOMPTUEUX

 

20ih3r.jpg

 

« Mud day » = littéralement l'expression signifie « jour de boue » ; la Mud Day, c’est un « challenge d’environ 13 kilomètres avec plus de 20 obstacles inspirés des parcours du combattant. Au menu, de l’eau, de l’électricité, de la glace mais surtout de la boue et de la gloire ». Telle est la définition trouvée sur un site. Bref, beaucoup de boue, mais rien de très naturel !

Par contre, à Gerardmer, les pluies tombées abondamment ces dernières semaines ont détrempé et transformé les sentiers vosgiens en véritables marécages, voire en ruisseaux, contraignant (non sans plaisir …) les coureurs à jouer les équilibristes voire à se prendre pour des « mud surfers ».

DSC02172.JPG

 

Mais pourquoi « double mud day » ?

Inscrite sur le long (87 km, départ samedi à 4H), et arrivée à Gerardmer vendredi en fin d'après – midi, je décide avec mes amis (qui eux étaient inscrits sur le 55 km, départ samedi à 9h), de nous lancer le lendemain sur le 29 km, à condition d'avoir la forme et les jambes (départ dimanche à 9H), ce qui n'était pas gagné d'avance vu le cumul des charges ces derniers temps.

 

L'an dernier, j'avais déjà participé au long (il faisait alors 92 km) et les conditions météo n'étaient guère engageantes ; mais en cette nouvelle veille estivale, la météo est pessimiste, pas très réjouissante.

 

20lso6.jpg

 

Pourtant à 4H du matin, la température est clémente (si j'ose dire pour un 18 juin ! On s'en contente!), et le temps est sec. Le départ est donné à l'espace LAC, au bord du lac de Gérardmer ; nous empruntons sur environ 1,5 km les rues de la ville (sous les acclamations du public) avant de commencer l'ascension d'un single qui nous conduit à la Moselaine pour prendre ensuite des pistes de ski. Je suis partie doucement, à vrai dire. Pas envie de me fatiguer inutilement : un 87, ce n'est pas un 50.

20kt63.jpg

La partie nocturne passe vite à vrai dire, l'aube dévoilant peu à peu un paysage brumeux. Les nuages semblent bien accrochés aux cimes. Nous traversons des nappes de brouillard, ajoutant un charme presque mystique à ce décor de toute beauté. J'atteins bientôt le premier ravitaillement : je bois un verre d'eau, avale un petit bout de banane, je n'ai pas trop faim (en tout cas pour l'instant …). Pourtant l'extrême vigilance dont on fait preuve sur ces sentiers spongieux nous coûte de nombreuses calories. D'ailleurs, je croiserai trois coureurs blessés (entorse), deux avant le 1er ravito, un après ce même ravito. Bref, il faut vraiment prendre garde et redoubler de prudence.

J'attaque à présent la raide côte qui part du lac des Corbeaux, et là « stupeur et tremblements », j'entends devant moi un coureur crier « ATTENTION ! »:je suis littéralement figée, saisie par le spectacle du passage éclair d'un bouquetin qui s'élance des rives du lac pour s'élever dans la montagne ; la bête colossale (rien à voir avec un chevreuil ou un chamois) passe même pas dix mètres devant moi, traverse le chemin, faisant ensuite claquer ses « sabots » contre les pierres qu'elle franchit avec superbe. Un spectacle fugitif,mais mémorable. Là, vous avez un élément de réponse à la question « Pourquoi tu fais du trail ? ».Entre autres pour ces moments magiques et inopinés que seule la nature dans son caractère à la fois accueillant et inhospitalier me réserve.

Direction 2ème ravitaillement, celui de Blanchemer, direction lac de Blanchemer. Puis première grosse grosse montée : celle du Rainkopf, éprouvante, interminable, la tête dans les nuages, avec une météo menaçante.

20fvxs.jpg

20j4uv.jpg

Puis descente sur Mittlach où nous attend un ravito dans une sorte de parc très agréable où nous pouvons vraiment nous poser. Je fais le plein, j'ai une dalle terrible, j'engouffre tucs, pain, fromage, pain d'épices, eau gazeuse, banane … c'est l'orgie !

201q87.jpg

Faut dire que je sais ce qui m'attend : la montée du Hohneck. Ce sera dur.

20jdw2.jpg

20h4v8.jpg

20ov0n.jpg

20ot21.jpg

Ca l'est en effet, mais dans des conditions météorologiques nettement plus favorables que l'an dernier. J'arrive au point de jonction du 55 et du 87 : je longe le splendide sentier des névés,

209l41.jpg

20t0va.jpg

le ravito n'est pas loin (ou il était juste avant : je ne sais plus !!). Je sais qu'après ce ravito on redescend en empruntant des pistes de ski avant de s'engager sur le sentier des roches obligeant à la plus grande vigilance.

20stbp.jpg

Arrivée sur le très joli lac du Lispach, très sauvage, j'emprunte un sentier sur des passerelles longeant le lac, c'est vraiment joli. Mais je commence à être gavée d'eau et de boue, qu'est – ce qu'on en avale (au sens figuré), il y en a trop ! Je me réjouis d'avoir enfilé les guêtres. Les sentiers sont extrêmement glissants, embourbés, techniques à souhait.

20m5s0.jpg

20x1s1.jpg

J'arrive au dernier ravito (13 km avant la fin) après avoir longé sur au moins 500 m le lac de Longemer. Un dernier mur (sorte de verticale) nous attend ; l'an dernier c'était sec, cette année je ne sais pas comment on va l'aborder ! Je commence mon ascension, jetant un regard envieux sur les paires de bâtons de certains de mes concurrents … mais voilà que surgit une corde providentielle à laquelle je me hisse jusqu'au sommet, avec difficulté car c'est instable (un véritable numéro d'équilibre), et je ne peux encore utiliser ma main gauche. Au sommet, mes jambes sont tétanisées. Je re – déroule tranquillement ; de toute façon c'est la fin. Avant dernier tape – cul, puis descente sous une pluie qui s'abat brutalement sur nos têtes (c'est la 3ème averse, mais celle – là est particulièrement drue). Je suis trempée, heureusement il ne fait pas froid. Dernière ascension, la pluie tout doucement se calme, quelques km et ça y est, j'aperçois en contre – bas le splendide lac de Gerardmer. La descente macadamée est raide. Je longe le lac sur une centaine de mètres, puis franchis la ligne d'arrivée en 14H57.

 

Le soir, je refais les stocks dans cette très bonne pizzéria de Gerardmer après avoir fait un malaise hypoglycémique à l'entrée du resto ! Il y avait urgence !

 

Et le lendemain je remets ça, petit format, 29 km (1300 m de D+), le cœur lourd, venant d'apprendre qu'un de mes lycéens a perdu la vie. Le parcours du 29 emprunte le début du 55 et la fin du 87 (bref je me retape le mur final!). Les premiers km sont douloureux pour mes jambes qui sont de plomb. J'admire la joëlette (j'ignore combien de km ils ont parcouru). Heureusement j'ai les bâtons, ça m'aide dans les montées mais au bout d'un moment je ressens des douleurs à mes frêles épaules, tandis que mes jambes sont de plus en plus légères. En tout cas, la météo est bien meilleure. J'accomplis le périple en mode touriste, prenant mon temps, admirant les paysages, discutant à droite et à gauche. « Mais c'est de la folie ! » s'exclament plusieurs personnes à qui je dis que la veille j'ai parcouru 87 km. Non, je sais ce que je fais, je prépare un très très long pour début septembre … Je mettrai 5H environ.

 

LE DEPART:

DSC02155.JPG

LA JOELETTE

DSC02149.JPG

 

 

PREMIERE GROSSE MONTEE:

DSC02158.JPG

LA JOELETTE:

DSC02159.JPG

DSC02160.JPG

DSC02161.JPG

206i6o.jpg

des fougères à profusion:

DSC02162.JPG

DSC02163.JPG

DSC02164.JPG

DSC02165.JPG

Le fameux mur final:

DSC02166.JPG

DSC02167.JPG

DSC02170.JPG

DSC02171.JPG

Petit ravito express:

DSC02176.JPG

Enfin du soleil !

DSC02178.JPG

DSC02180.JPG

Dernière montée raide (ça ressemble à la montée de la Drince !)

DSC02181.JPG

Arrivée sur le lac de Gerardmer:

DSC02183.JPG

DSC02184.JPG

Bref, j'ai largement profité de mon week – end choc vosgien ; en sortant de l'hôtel, la pluie se met à tomber.

DSC02189.JPG

Le lendemain, les jambes sont lourdes (les paupières aussi!!) et le surlendemain quasi disparition des douleurs, mais un estomac affamé.

DSC02186.JPG



21/06/2016
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres