fondue-de-course-57

fondue-de-course-57

POSTRAIL (samedi 23 juillet 2016), Belgique, 29,6 km, 650 m D+ : bienvenue en Wallonie vallonnée

POSTRAIL (samedi 23 juillet 2016), Belgique, 29,6 km, 650 m D+ : bienvenue en Wallonie vallonnée

 

DSC02390.JPG

 

 

Finies pour l'instant les sorties longues, place aux courses et aux entraînements courts (mais intenses !) destinées à travailler la vitesse. Et toujours intact chez moi ce goût de la découverte de nouvelles régions voisines de la Lorraine.

 

Au lendemain d'un entraînement vitesse, je me résous à me lancer sur cette première édition du Postrail à Post, non loin d'Arlon, à 70 km seulement de chez moi. Je venais d'avoir l'assurance de pouvoir s'inscrire le jour même. Le départ de ce « trail découverte » a lieu à 15h dans un très coquet village appelé Post ; les deux courses (15 et 27 km) sont organisées dans le cadre de la fête du Parc Naturel de la Vallée de l'Attert. Le site est magnifique, et l'arche de départ et d'arrivée se tient au pied de vergers, traversé par une petite rivière dans laquelle je trempe mes mains pour me rafraîchir quelques minutes avant le start. En effet, il fait lourd et quelques grondements se font entendre au loin, mais le vent semble chasser les nuages …

 

DSC02383.JPG

 

DSC02387.JPG

 

DSC02388.JPG

 

DSC02382.JPG

 

Je pars tranquillement, les premiers kilomètres s'avèrent être du faux plat montant, mais comme toujours, j'ai besoin d'un certain temps pour chauffer la machine. Alors on ne la brusque pas. Jusqu'au premier ravito (au 9ème km), le parcours est roulant, bien balisé (en tout cas jusque là …), quelques petites côtes de rien du tout, des chemins larges, des passerelles à traverser, bref c'est gentillet ; je finis même par me retrouver seule quand soudain je parviens à une patte d'oie et aperçois des coureurs ayant fait demi tour, ne sachant s'il faut emprunter le chemin de droite ou le chemin qui descend à gauche. Aucun balisage en vue, on est largués ! L'un d'eux appelle l'organisateur qui nous informe qu'il faut prendre le chemin pierré, bref celui qui était dans la continuité (c'est vrai que l'autre chemin était de nature différente, mais ça restait quand même ambigu!).

DSC02392.JPG

DSC02393.JPG

DSC02394.JPG

DSC02395.JPG

DSC02396.JPG

Et là je me fonds dans le groupe, presse le pas, et là commencent les difficultés, ou disons que ça devient intéressant : de la grimpette, des passages déboisés, des forêts denses, des champs inondés, des chemins empierrés, quelques singles sympa et de beaux panoramas. Il me semble qu'on atteint le plateau ardennais. D'ailleurs un moment sur plusieurs km je peux réellement travailler la vitesse : du plat à n'en plus finir.

 

DSC02399.JPG

 

DSC02400.JPG

 

DSC02401.JPG

 

DSC02402.JPG

 

DSC02403.JPG

 

DSC02404.JPG

 

DSC02405.JPG

 

DSC02406.JPG

 

DSC02408.JPG

 

Deuxième ravito au 23ème km : on apprend que la parcours fait en vérité presque 30km. Chouette ! Quelques averses nous rappellent à la réalité météorologique de ces derniers temps … mais rien de cinglant. On a esquivé l'orage, c'est une chance. Par contre, les baskets sont vite gorgées d'eau : flaques et boue à volonté … Tout à coup on se retrouve dans une forêt dépourvue de chemins: au bout de quelques mètres, plus aucun balisage en vue. J'aperçois sur le haut quelques coureurs, alors je monte et retrouve du balisage l long du champ. Aux dires des uns et des autres à l'arrivée, tout le monde aura eu un temps d'incertitude absolue à cet endroit, et d'autres coureurs se sont même perdus à d'autres endroits, comme au dernier km où il fallait lever les yeux au loin pour apercevoir la balise en lisière de forêt ! Bref balisage à revoir sur certaines portions.

 

DSC02409.JPG

 

DSC02410.JPG

 

DSC02411.JPG

 

DSC02412.JPG

 

Le final nous fait emprunter le chemin qui traverse le verger. 3H23 de course pour ma part.

DSC02385.JPG

Un peu fatiguée mais sans plus. Par contre mauvaise surprise de constater la pénurie de ravito (eau et solide) à l'arrivée. En attendant je prends ma douche, tout aussi artisanale qu'à Serinchamps (je commence à avoir l'habitude ! ), très exiguë, un vrai hammam, mais quel bonheur de pouvoir se décrotter sous une douche chaude au débit fort !!

DSC02414.JPG

DSC02417.JPG

Un peu déçue de ne pas avoir droit à une bière à l'arrivée : vu le prix d'inscription (12 euros), c'eût été une agréable récompense ...

 

Le lendemain, dimanche, je fais, les jambes lourdes, une sortie « décrassage » : dur dur ces deux heures dans la forêt de Rombas …



24/07/2016
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres