fondue-de-course-57

fondue-de-course-57

ELLE ET LUI 2013 (23 juin, Joeuf)

ELLE ET LUI 2013 : un franc succès malgré la météo maussade

 

« La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea. [7] Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures. [8] Alors ils entendirent la voix de l'Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l'Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. [9] Mais l'Éternel Dieu appela l'homme, et lui dit: Où es-tu? [10] Il répondit: J'ai entendu ta voix dans le jardin, et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. [11] Et l'Éternel Dieu dit: Qui t'a appris que tu es nu? Est-ce que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais défendu de manger? [12] L'homme répondit: La femme que tu as mise auprès de moi m'a donné de l'arbre, et j'en ai mangé. [13] Et l'Éternel Dieu dit à la femme: Pourquoi as-tu fait cela? La femme répondit: Le serpent m'a séduite, et j'en ai mangé. »

 

Etc etc …

 

Ainsi, c’est en Adam et Eve que nous avons voulu honorer cette 7ème édition de la course « Elle et Lui » organisée par le Spiridon Joeuf, une course au concept original puisqu’ un « il » ou une « elle » doit au terme de l’aller (9km sur le fil de l’Orne) rejoindre son « lui » ou sa « elle », et les deux doivent faire le retour ensemble.

    En 2011, nous étions déguisés en Tahitiens, tenue idéalement adaptée à la météo étant donné que la température était digne d’une fin de mois de juin

 


 

En 2012, c’est le rugby qui nous a inspirés (l’été faisait déjà des siennes ! pluie à la fin de l’apéro)

 


 

      Espérant vivement que la météo serait solidaire avec nous, c’est confiants que nous nous sommes engagés à arriver à Joeuf en ce dimanche de juin en tenue d’Adam … Le problème est que la température n’a guère dépassé les 15 degrés ce 23 juin. Arrivés à Joeuf, nous nous dirigeons vers le stade et faisons au détour d’un virage converger tous les regards sur nous et sur nos feuilles de figuier (artificielles, bien sûr !), créant par là – même l’un des événements de la matinée placée sous le signe à la fois du sport et de la fête, credo du club jovicien. Météo frisquette, mais accueil toujours extrêmement chaleureux. Alors, je ne vous dis pas quand la température extérieure est caniculaire … !

    On salue les coureurs qui nous sont familiers, on  pose (obligés, pas l’choix !), mais on grelotte aussi. Guy revêt une veste chaude car il doit, une fois déposé en bus au lieu de RV, m’attendre. Echauffement indispensable ; quelques tours de stade, et ça va mieux, malgré le vent qui sévit. Le bus démarre, et toutes les autres « moitiés » descendent au stade pour prendre le départ, non des 18 km, mais des 13 cette année en raison de chemins inondés sur le parcours. Nouvelle qui réjouit Guy ! Moi, un peu moins, mais fi ! ce qui compte c’est le plaisir, la fête, l’ambiance, le fun, quoi !

    Je parcours les 6 premiers km avec Valérie, une de nos coureuses messines (une guerrière, la blonde !) ; on maintient une bonne cadence, malgré le vent qui nous nargue en frappant parfois fort, et ce de face, et au bout d’un peu plus de 30 minutes, j’aperçois mon « Adam » frais et dispos, avec lequel je partage les 6,5 km du retour, serpent autour de mon cou, pomme en main pour Guy (je ne me voyais pas courir avec la pomme ET le serpent, tant pis pour l’entorse faite au mythe).

   Le retour se passe allégrement, le vent cette fois – ci étant un allié pour les coureurs. Le parcours est vraiment agréable et bucolique, presque édénique (éphémère pour nous, chassés a posteriori du paradis …). Ca y est, on affronte la petite côte finale, on longe le stade et nous voilà franchissant la ligne d’arrivée au bout d’une heure et six minutes de course.

   Vite, on remonte enfiler une veste, on reprend des forces, on discute çà et là, et la remise des récompenses a lieu après que Etienne Sanchez, en guise d’introduction et comme il sait le faire avec brio, a pris la parole pour revenir entre autres sur les origines de la course. Les premiers et les derniers sont récompensés (autre singularité de la course !). On passe ensuite à la remise du prix pour le meilleur déguisement : nous sommes ex-aequo avec un couple déguisé en mariés. Nous l’étions déjà en 2011 avec les « Bidochons ». Nous sommes gâtés ! deux bouteilles de vin qui ont déjà bien vieilli (l’une d’elles est un Bourgogne de 1996 !).

   Ensuite, apéro. Formule sympa puisque tout le monde a apporté une spécialité.

      Bref, tous les ingrédients étaient réunis pour garantir à la centaine de « Elle et lui » un accueil exceptionnel et une course certes raccourcie mais ménageant toujours son lot de surprises … (dont certaines, alcoolisées …)

 

On connaît déjà notre futur déguisement pour 2014 …

 



 
 


De droite à gauche: Adam, Eve, et son amant (glamour !!)

 

 

 

 

 

 




23/06/2013
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres