fondue-de-course-57

fondue-de-course-57

COURSE DES LAVOIRS A DANNE ET QUATRE VENTS

COURSE DES LAVOIRS. DANNE ET QUATRE VENTS. Samedi 25 mai à 17H

 

Il y a encore une semaine j’ignorais parfaitement où se trouvait Danne et Quatre vents. En Moselle, c’est sûr ; du côté de Metz, me semble – t –il. 2ni me suggère cette course. Oui, pourquoi pas ? Je décide tout de même de vérifier sur la carte où se situe cette commune au nom peu ordinaire. Je tape mappy : quoi ??????????? 135 bornes de Thionville !!!!!!! C’est encore de la folie douce. Je venais de faire le Try me, trail de Gandrange (25 km) ; j’avais parfaitement récupéré. Alors allons – y ; en plus, c’est une course nature, et qui plus est pas très longue (18 km).

    Nous arrivons sur les coups de 16H15, départ prévu à 17H. Le soleil nous tend généreusement ses rayons. Bon accueil, très joli tee – shirt rose pour les dames. 2ni retrouve un collègue de travail. Où ne le connaît – on pas ? Nous nous échauffons raisonnablement. Une petite averse nous rafraîchit quelques minutes avant le départ puis cède à nouveau la place au soleil qui nous fait tant défaut depuis des semaines.

    Compte à rebours, et c’est parti. On commence par de la descente, au moins 10 minutes de descente en forêt. Je trouve les coureurs bien prudents, singulièrement prudents. Ca n’avance pas, ça m’énerve, je double par la gauche, quand tout à coup je repense à ce que nous a dit le speaker à propos de cette descente :oui, assurément ça glisse, d’autant plus que je n’ai pas pris les trails, mais une paire de baskets de route extra fines et extra légères : je n’arrive plus à freiner, je surfe littéralement et viens malgré moi me mettre en travers du chemin de ceux qui me suivaient. Mon corps fait de drôles de contorsions, et ce en quelques secondes.

    Après la descente, du plat, puis une succession de montées / descentes très agréables, notamment sur des sentiers qui nous font traverser les sapinières (ou pessières ? Au secours, 2ni !). Il faut veiller à ne pas se rater car de nombreuses racines et pierres rendent la progression assez laborieuse. C’est magnifique, complètement dépaysant, on se croirait dans les Vosges. A vrai dire, on y est, dans le massif vosgien.

    Le parcours est varié, la nature paisible, quoique … entre la coureuse qui m’a dépassée à mi - chemin et qui, à l’entendre, semblait exténuée, le coureur qui à maintes reprises se raclait la gorge, et celui qui à intervalles réguliers poussait des cris d’agonie, les animaux ont dû nous prendre pour de drôles de bêtes …

    Les deux derniers km sont un peu éprouvants, je l’avoue ; 2ni est de nouveau devant ; je lui crie : « C’est la première fois qu’on marche ! ». En effet, nous étions tout le temps presque à fond, pas de moments de répit comme lors d’un trail. Enfin, on sort de la forêt, plus que quelques centaines de kilomètres à parcourir et on aperçoit l’arche orange. Tout d’un coup, j’entends un coureur qui dans les 30 derniers mètres à peine cherche à tout prix à me dépasser, j’accélère histoire de … mais il me coupe presque la trajectoire et arrive une seconde avant moi. « C’est nul ! », m’écrié – je. Quelques minutes après, il vient présenter ses excuses. « Pourquoi ne pas dans ce cas arriver en même temps ? c’était plus sympa ! » lui suggéré  - je.

     Les avis sont unanimes : belle course dans un cadre naturel d’exception, météo clémente, parcours finalement assez difficile, bonne organisation. J’arrive 8ème femme, 3ème dans ma catégorie… avec quelques ampoules aux pieds !

 

Merci à 2ni pour les photos:

 

Chouette, des escaliers ! depuis Lyon, je suis fan.







26/05/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres